Congratulation to the Vasa !

VL2014aNo snow during the winter in Sweden, raining raining raining the week before the race…

On Monday Vasaloppet wrote that “the critical situation has arisen since the marshes north of Evertsberg have not become thoroughly frozen during the warm winter. The latest rain and plus temperatures had led to an extreme snow melting which became devastating during Tuesday when large amounts of water accumulated in the course, north of Evertsberg. The ground is too soft to bear track machines or skiers …(…) The strategy is that, aided by helicopter, lorries and work teams equipped with snow shovels, we will make specific efforts to fill with snow the worst affected areas along the porous marshes….”

 And they where successful: the tracks where difficult to wax but on real snow during the 90 km.

VL2014b

A good Vasaloppet, hard, without grip and slide, disastrous tracks but the race is done!  As usual, the organization was perfect (but expensive !!!).

About 13 000 skiers finished the Vasaloppet in time. It was snowing, raining, during the race day but with a fantastic ovation for all the skiers who ended, particularly for those who finished the race in the night after more that twelve hours !

VL2014c

They merit (of course) their WL long race  stamp…. More than our friends who skied 8 km in Bieg Piastow the same day….

Boris Petroff

Bravo la Vasa !

Bravo. Le sort nous était contraire et vous avez fait pour le mieux.

Tout l’hiver par une température positive et sans neige. Une pluie incessante le mardi  précédant la course, vers Evertsberg les marais étaient en eau et rendaient toute circulation à ski impossible, au départ le champ transformé en marre… Et vous avez réussi à tracer un passage en neige. Sur les 90 km de l’épreuve.

Bravo la Vasa : tous auraient capitulé et vous avez persisté.

Avec des moyens techniques et financiers sans doute énormes, mais ON N’ANNULE PAS LA VASA !

Il y eut appel à l’hélico pour savoir où passer, puis il fallut drainer un bon km de pistes et l’équiper de gros tuyaux oranges pour l’écoulement des eaux, recouvrir de terre puis de neige, improviser un passage qui empiétait sur la route avant de redescendre sur la piste classique…

Mais le résultat fut là : une course presque normale : tout juste difficile à farter et donc à skier…

Les mauvaises langues diront que les traces étaient bien souvent inexistantes, la glisse incertaine, la retenue disparue : les mauvaises langues dénonceraient une course cauchemardesque ?

Oui je persiste et signe : bravo la Vasa ! La 90ème édition de cette course mythique s’est (bien) déroulée et a permis à près de 13 000 skieurs d’en finir dans les délais sur un parcours quasi inchangé.

Même si elle fut parfois un rien cauchemardesque !

D’autant que le dimanche de la course, la météo a continué à se jouer de nous, faisant du yoyo entre -2° (il neigeait à Smägan et cela bottait jusqu’à Mangsbordanna) et +2° (cela flottait dans la soupe sur les côtes d’Oxberg/Hökberg). La fraiche à zéro degré : le cauchemar pour les fondeurs en classique.

Pourtant, à 20 h devant l’église de Mora ils étaient encore en paquets tous ces rescapés de la Vasa 2014 radieux d’en finir, heureux d’avoir pu la courir. Et fêtés comme si ce n’est mieux que les premiers. Une tribune bourrée à craquer, une ambiance délirante et un speaker qui égrenait les nom prénom et nationalité de chaque arrivant avec plus de conviction que pour Dahl ou Kjöstal qui gagnent cette édition : il est vrai qu’ils sont tous deux norvégiens et que cela fait toujours un peu désordre à Mora…

Cette année l’organisation de course (et le super marché qui l’accompagne) avaient pris place juste après l’arrivée, là où autrefois il y avait une école, aujourd’hui disparue ! Le changement de ligne simplifié, les bus à l’heure, bref la Vasa c’est cher mais c’est organisé aux petits ognons.

Plus de 42 nationalités présentes avec 11 400 suédois mais tout de même 1352 norvégiens, 595 finlandais, 575 allemands, 333 tchèques, 261 danois, 215 italiens, 168 suisses, 130 estoniens, 114 français (record battu) et 101 russes…

Qui tous ont mérité leur tampon de la WL : assurément plus que nos amis qui sont allés courir, si j’en crois l’album de famille de Marg Hayes, 8 ou 12 km en Pologne et repartent cependant avec 2 tampons longue distance ! Quelle comédie !

A mon humble avis les skieurs WL inscrits à la J 50 ou à la Tartu qui n’ont pu faute de neige prendre le départ devraient eux aussi réclamer leur tampon : si j’ai bien compris, suffit de payer les droits d’inscription…..

SF-94ec09c5f024530607975ebf3bfa91cf

Boris in action

Belgique, André Hazard 9h34

Canada, Robert Palliser 8h03 et Grant Macleod 10h35

France, Boris Petroff 6h49, Gilles Perrin 7h33, Laurent Mérindol 7h35, Nicolas Fontaine 8h35 et Annie Ponsonnet 10h23

Luxembourg, Yonel Maniora 6h47

Russie, Serge Ivanov 4h 15,  Alexei Goumeniouk 7h49 et Milena Goumeniouk 11h06

Slovaquie, Pavol Stanicek 121h31

USA, Jay Wiener 12h02

This entry was posted in Race reports 2014. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s