Transjurassienne 2017 (fr)

p1070458_m
Une Transjurassienne belle … et rude.

Après l’annulation étrange de 2016, chacun se demandait ce que serait l’édition 2017 ?

D’autant que la neige se fit rare sur le massif du Jura en ce début d’hiver. Et qu’un redoux dans les premiers jours de février vint encore compliquer la situation !

Mais les organisateurs de la Transju surent parfaitement réagir et nous offrirent une course au tracé original, à l’évidence aussi difficile que le tracé normal, superbe et parfaitement enneigé.

Bravo les gars !

Pierrot Vandel, le Directeur technique, se fit un point d’honneur de rallonger jusqu’à 50km ce parcours de replis… au prix de nombreuses boucles dans la forêt du Massacre et dans la Combe  du Lac. Il fallut même déchanter lorsque, à quelques pas de Prémanon et tandis qu’on entendait déjà le commentateur sur la ligne d’arrivée, on découvrit une nouvelle boucle à parcourir… « Décidemment, on tourne autour du pot » râlait un skieur à mes côtés, pressé d’en finir enfin….

Parcours identique pour le 50 km de la Transjuclassic, la Transju Marathon et la Transjurassienne skate.

Départ à deux pas de la Suisse, sur la commune de Bois d’Amont, avec un lâcher des skieurs en plusieurs blocs, type Marcialonga, skis à la main. Pas de bousculade ni en classique ni en skate malgré les 2500 partants sur une piste tout juste assez large. Heureusement qu’il faisait beau et doux car il n’y avait guère de places pour se mettre à l’abri sur l’aire de départ.

Juste quelques petites bosses pour atteindre au 10ème km Les Rousses et son incroyable succès populaire : une traversée de village noire de spectateurs chaleureux, comme nous n’en avions pas connue depuis longtemps. Mieux que la Marcialonga et Moena, c’est tout dire ! (Et pareil à Prémanon… où il était enfin possible de finir sa Transju avec…  une bière à la main….)

Ensuite ce sont pendant 40 km une succession de côtes sévères, descentes plutôt faciles et rares moments de plat. Le Fort des Rousses, la Darbella près de Prémanon, la montée dans la forêt du Massacre jusqu’au chalet de la Frasse (moins longue, moins dure que la traditionnelle montée au Chalet des Ministres du parcours nominal), belle redescente sur Lamoura et retour mouvementé sur Prémanon…

Le 25 km partait de la Darbella, filait tout droit sur Lamoura et retrouvait le parcours du 50 km jusqu’à Prémanon : sans doute un parcours exigeant pour les skieurs non aguerris qui se lançaient pour la première fois sur une course longue distance de ski de fond …

Un parcours d’une beauté absolue et auquel il ne manquait pas beaucoup de km pour qu’on retournât sur le stade de départ. Je sais, la Transjurassienne c’est une Traversée… et personnellement je le regrette. C’est tellement plus simple de revenir à son point de départ ! Pas de transferts inutiles (et sans doute coûteux). Un jour peut-être la TJ optera, comme le fit la Finlandia, pour une boucle ?

Des ravitaillements exceptionnels

Mémoire de coureur expérimenté (euh plus de 340 épreuves de longue distance de ski nordique à mon palmarès) je n’ai jamais vu un tel régal. Des fruits secs, des gâteaux, du comté, des meringues, du saucisson, des barres énergétiques etc. etc. Et bien sûr thé, boisson énergétique et eau fraiche. Vraiment le top ! La prochaine j’emporte un sac à dos…

Que dire d’autre de cette Transju 2017 ?

Un beau village sportif et commercial à Morez pour la remise des dossards, pas d’attente.

Un bonnet … euh phrygien ou des Andes… plus esthétique que commode comme cadeau, une belle médaille 2016 recyclée 2017, un accueil Worldloppet sympathique et polyglotte, une équipe organisatrice aux petits soins malgré deux semaines d’angoisse et de labeur éprouvant. Merci Gaëlle et tous les autres.

Une réception Worldloppet qui fut, m’a-t-on dit, exceptionnelle où l’on dansa même la Polka du Jura. Malheureusement la dispersion des hébergements parfois loin de Morez et du musée de la Lunette qui accueillait cette réception, ne lui donna pas l’affluence qu’elle méritait.

Des navettes en nombre suffisant pour atteindre le départ et retourner chez soi après l’arrivée…. Mais des embouteillages pour atteindre la Darbella et Prémanon.

Certes, le dimanche à l’arrivée sur Prémanon, il fallut parfois patienter une grosse demi-heure pour récupérer sacs vestiaires et manger. Et la salle de restau, pourtant grande, se révéla à certaines heures un peu petite…

Mais au moins la bolognaise du samedi et le jambon braisé du dimanche étaient bien bons et le fromage à l’image de ce Jura qu’on aime tant.

Côté sportif, les meilleurs ont gagné (et même que le vainqueur de la Transjurassienne classique, Alexis Jeannerod, avait farté ses skis : du plus vu depuis bien longtemps et qui prouve la dureté du profil).

Les autres ont parfois souffert : en classique d’un fartage difficile à trouver (neige à zéro degré, parfois froide et sèche, ailleurs chaude et très humide), en skate (surtout pour le 25 km qui partait dans l’après midi) d’une neige fondue et ainsi rendue peu glissante.

Et nouvelle performance de Hannes Larsson et Lioudmila Kolobanova qui doublent les deux courtes !

Le dimanche une quarantaine de skieurs portaient un kilt des plus élégants pour promouvoir le don de moelle osseuse.

Donc grand bonheur pour cette Transjurassienne 2017 qui augure bien de celle de 2018 qui marquera un jubilé : le 40ème hiver jurassien pour cette course française de la Worldloppet, créée en 1979…

 

Quelques résultats

50 km classique :

Franck Machioldi (F) 3.01 ; Serge Pakulin (Russie) 3.23 : Michel Bouteraon (F )3.28 ; Jean Pierre Henriet (F) 3.43 ; Vincent Yvon (F) 3.43 ; Daniel Clerc (F) 3.55 ; Raoul Olesk (Est.) 4.05 ; Boris Petroff (F) 4.09 ; Joël Janin (F) 4.15 ; Irena Prochazkova (Cz) 4.47 ; Jay Wiener (USA) 5.17 ;  Grant Mac Leod (Can) 5.29 ; Iwana et Joseph Kral (Cz) 5.50 ; Jean Poux(F) 5.56 ; Joseph Luce (F) 6.56.

50 km Skate :

Christian Viry (F) 2.21 ; Leonid Goloubkov (Russie) 2.49 ; Gilles Perrin (F) 2.51 ; Michel Bouteraon (F) 2.55 ; Roland Matarese (F) 3.05 ;  François Héroult (F) 3.36 ; Boris Petroff (F) 3.38 ; Pierre Poux (F) 3.50 ; Jean Yves Comby (F) 3.52 ; Irena Prochazkova (Cz) 4.31 ; Patrice Turlan 4.51  ; Jay Wiener (USA) 4.57 ; ; Iwana et Joseph Kral (Cz) 5.15 ; Daniel Clerc (F) 5.44 ; André Viry (F) 6.16

25 Classique :

Christophe Joanblanq (F) 2.40 ; Lioudmila Kolobanova (Russie) 2.42 ; Paal Epp (Est.) 2.43 ; Annie Ponsonnet (F) 2.51 ; Patrice Turlan (F) 2.56 ; Hannes Larsson (F) 3.12 ; François et Nathalie Héroult : 3.21 ; Michelle Robin (F) 4.28.

25 Skate :

Annie Ponsonnet (F) 2.14 ; Lioudmila Kolobanova (Russie) 2.43 ; Hannes Larsson (F) 3.16 ; Isabelle Petroff (F) 3.18 ; Corrado Ampezzan (It.) 3.32.

Advertisements
This entry was posted in Race reports 2017. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s